Quelques mots sur ma rentrée

AESH/AVS : Accompagnant d’Eleve en Situation de Handicap / Auxiliaire de Vie Scolaire.

Deux acronymes pour désigner le statut d’accompagnant scolaire auprès d’un enfant en difficulté. C’est une démarche d’inclusion scolaire pour l’égalité des chances. 

Une rentrée scolaire…

Après deux mois de pause, je remets ma casquette d’accompagnant scolaire pour l’année qui vient. Mon job c’est d’aider 4 jours par semaine un gamin en classe de CE2, le gamin en question a des difficultés de compréhension, d’apprentissage et de restitution des connaissances.

Quand je vous dis AVS/AESH vous penserez peut-être à un poste occupé généralement par un public féminin en fin de carrière, en reconversion professionnelle ou désireux de compléter ses fins de mois. La société évolue, il n’y a plus vraiment de distinction de genre pour tel ou tel métier. Mais il est quand peu courant qu’un AVS/AESH ait mon profil.  C’est un boulot qui demande quand même de l’engagement, un dévouement, un investissement humain. Et surtout il faut aimer les enfants, prendre du temps pour les écouter, les comprendre et les aider. Ce n’est que depuis peu que je fais ce boulot (juin 2018) mais je crois vraiment que je peux y apprendre beaucoup auprès des collègues profs et des enfants. Mes lecteurs savent que j’ai une deuxième activité professionnelle en parallèle, c’est un passage obligé pour le moment. Comme de nombreux collègues qui ont déjà témoigné ici ou là, ce boulot d’accompagnant je l’aime beaucoup aussi pour de bonnes raisons : même si je suis en retrait, je me sens utile. Je ne cherche pas les honneurs ou les félicitations. Ma satisfaction je la puise dans les progrès que fait le gamin, notamment quand il est félicité par sa maîtresse, la directrice de l’école et sa maman.  J’ai la chance que le gamin dont j’ai la charge n’ait qu’une hyperactivité cognitive, c’est-à-dire qu’il ne parvient pas à gérer et à prioriser les choses, tout vient à lui et il arrive à saturation rapidement. Mon rôle c’est justement de lui délester de certaines tâches chronophages qui perturbent son attention, pour qu’il se focalise sur le plus possible l’essentiel et ne pas prendre (davantage) de retard. Ce qu’il faut retenir néanmoins c’est que d’après moi, c’est un gamin tout à fait normal, il perturbe personne en plus d’être gentil et sociable. Ceci fait que pour moi les choses se passent très bien au quotidien. J’ai de la chance sur ce point, clairement.

La rentrée des CE2 commence forcément par la case « révisions de CE1 », pour certains ce sera une formalité après 2 mois de vacances, tandis que pour d’autres ce sera plus compliqué. Les enfants ont commencé ce mardi leur livret d’évaluation qui se décompose en « séance » de français, de mathématiques etc. Ceci m’a permis de cerner les difficultés du gamin que je m’occupe, et de porter mon attention sur certains points précisément. J’en fais évidemment les retours à la maîtresse pour qu’elle puisse à son tour l’aider durant l‘étude du soir, après les heures de classe.

conor-samuel-777369-unsplash

… et sportive

Comme je l’avais annoncé ces dernières semaines, je me suis inscrit dans un club de tennis de table lundi soir. Une adhésion annuelle de 150€, 3 créneaux horaires de jeu libre possibles (lundi soir, jeudi soir et dimanche matin). Mais contrairement à ce que j’avais prévu initialement, je renonce à une pratique orientée compétition. La raison étant qu’une pratique compétitive est synonyme d’engagement auprès d’une équipe, et que pour une première année en club je veux rester libre de mon temps et pratiquer sans aucune forme de contrainte. Pour la compétition, j’aviserai l’année prochaine selon mes objectifs, mon temps libre et ma progression globale au ping.

>>> Premier entraînement jeudi soir 20h30 – 22h.

Une organisation à toute épreuve

Je reprends mon organisation telle que je l’avais laissée, ce qui veut dire que je planifie à J+2 mes repas du midi pour ne pas avoir à cuisiner pour le lendemain. Je gagne du temps , car en rentrant chez moi à 15h30 il me reste ainsi qu’à prendre mon sac de sport et filer m’entraîner à la salle. Bien sûr, je ne passe pas du coq à l’âne, je prends le temps comme je me suis engagé à le faire, je m’occupe de la ménagerie qui fout du Catsan partout dans la maison car j’ai deux enquiquineuses de service qui ne savent pas essuyer correctement quatres patounes en sortant de la litière. Un café, une bonne dose de protéine de soja à la fraise, et direction le Temple de la Musculation (™).

rawpixel-633847-unsplash.jpg

Tout cela demande une organisation minutieuse. Quand bien même je ne peux pas tout prévoir, tout planifier, je ne supporte pas d’être pris au dépourvu parce que j’ai fait mon procrastinateur. C’est pourquoi je prépare à l’avance tout ce qui peut l’être, afin de me dégager un maximum pour moi et pour les autres.

 

Publicités

6 commentaires sur “Quelques mots sur ma rentrée

  1. Qu’est ce qui permet de dire qu’un enfant ait besoin d’un AVS et qui décide ? c’est une question que je me pose. Alors pour organiser ton temps, sous Debian nous avons « Planner » qui permet de rentrer les taches à faire, je dois dire que je ne l’utilise pas, je me contente du calendrier où je note mes rendez-vous, les réunions ou les sorties. Pour la cuisine il faut parfois que j’improvise, surtout quand on compte sur le boucher du marché pour faire ses achats et qu’il ne vient pas, heureusement le congélateur nous dépanne.
    Alors bonne reprise du tennis de table jeudi, tu vas tester ta nouvelle raquette ?
    A pluche.

    J'aime

    1. C’est la Maison Départementale des Personnes Handicapées qui décide d’accorder un AVS à un enfant. Il faut au préalable que les parents aient déposé un dossier faisant la demande, et après croiser les doigts car il n’y a pas suffisamment d’offre par rapport à la demande.
      Je fais comme toi pour le calendrier, j’y note tout ou presque et je programme des rappels.
      Pour le congélo c’est vrai que ça dépanne… à condition aussi de s’y prendre un peu à l’avance sinon on peut encore attendre le dégel 😛
      Ma petite raquette bleu est fin prête, les babales blanches et oranges aussi. Demain ça va être juste de chez juste, je vais aussi à mon deuxième boulot et en scooter cette fois-ci. Paris en scooter c’est ouf, je vais être prudent quand même.
      A pluche.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s