Pause-photo #12 : jeudi des patates aussi

Lundi des patates, mardi des patates, mercredi des patates auuuussssiii !

On aime d’autant plus répéter ce refrain que lorsqu’on est pas concerné.

Je me souviendrais toujours des menus 100 % healthy et diététiques de mon enfance: mardi soir raclette-pomme de terre-jambon en regardant le Bigdil‘ de Vincent Lagaff’ et mercredi midi le classique mais efficace steak haché-frites-ketchup en regardant Attention à la Marche! chez mon papy et ma mamy.

Aujourd’hui je peux plus voir une patate en peinture, mais en photo ça se négocie…

Ah bah tenez, j’avais justement quelques photos fraîches sous la main, quel hasard !

IMG_0136.jpg
La fourche c’était pour vous montrer que j’avais sué un peu
IMG_0134.jpg
C’est Charlotte la grande gagnante, Rosabelle est disqualifiée.
IMG_0135.jpg
♬ I’m on the highway to hell ! ♬ 

J’appécie le chant des oiseaux, le matin. Mais quand il s’agit d’un déterrage de patates par 35°C on s’adapte, mon choix s’est porté sur AC/DC et KISS 😀

Le support vert fait aussi office de siège pour faire une pause, mais aussi… de boîte à outils !

IMG_0133.jpg
Tu ne m’auras pas par les sentiments.

La récolte est vraiment pas terrible, sur 6 rayons j’ai à peine 4 cageots au total (Charlotte + Rosabelle). La géologie typique locale y est pour en partie pour quelque chose, j’ai affaire à du calcaire connu, celui de la Champagne crayeuse  qui est un sol à pH basique, alcalin donc peu perméable et difficile à travailler. J’en parlais à mon papy ce matin, je lui disait que la terre me semblait pauvre, poussiéreuse une fois les mains dedans. Grosso merdo il lui manque la phase de préparation qui passe par un entretien avant la trêve hivernale. Pas d’entretien, les rendements vont de pair.

La solution semble t-il serait d’y foutre là-dedans du fumier, pourquoi pas, on en a pas sous la main, et d’après mon papy c’est devenu difficile d’en trouver, on a pourtant quelques fermes aux alentours… C’est toujours mieux que du paillis (testé et désapprouvé), peut-être moins que du compost local (on a un bac à compost plein à ras bord en plus qui sert à… à quoi au fait ?).

Je n’arrive qu’après la bataille c’est un fait (désherbage en juillet + ramassage) mais c’est dommage voire frustrant quand même de passer du temps à acheter les plants, les semer, les butter, puis désherber, arroser etc. pour ramasser finalement quoi, trois patates dont la plupart sont à peine plus grosses que des billes.

Heureusement qu’il y a pas une famille entière à nourrir je vous assure que sinon le refrain du début perdrait de sa saveur.

Publicités

4 commentaires sur “Pause-photo #12 : jeudi des patates aussi

    1. J’avais Foresti en tête quand j’ai écrit le billet, y a un petit fond de vérité quand même.
      Excellente idée le lombric composteur, en plus il est pas difficile, il mange aussi des gateaux et des pizzas 😛
      J’ai des cannes à pêche au sous sol du temps où j’allais pêcher la truite, sauf qu’en ce moment la vesle est asséchée en long en large et en travers, il faut se diriger vers les étangs. Si d’ici là que j’ai mon bolide, je prends volontiers 😀
      A pluche.

      J'aime

    1. C’est-à-dire que c’est aléatoire en fonction des variétés, du soin apporté, des engrais pour éviter le mildiou. Et puis je connais pas grand monde qui en fait un incontournable aujourd’hui 🙃

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s