On se pose : jour 1

43225096524_f9475a19a8_z.jpg
Métro Tolbiac, 8h du matin

Arrivé hier sur les coups de midi, le départ s’est fait depuis Place d’Italie avec mon tonton. La pluie nous a tenue compagnie en cours de route.

La veille au soir mon tonton était venu chez moi pour récupérer mon VTT en train de prendre la poussière, une situation qui ne pouvait plus durer. On a beau reconnaître les quelques efforts des pouvoirs publics pour faire des pistes cyclables, elles sont bien souvent éparses et discontinues, donc pas le choix pour le cycliste urbain de devoir partager la route avec les voitures, camions et scooters. Comprenez par là que je suis réticent à faire du vélo en milieu urbain, je n’y trouve pas de bienfaits, et il m’a semblé assez logique que quelques coups de pédales dans la Vienne au milieu des vaches et des forêts c’est quand même bien mieux.

Mais à peine arrivé qu’il fallait prévoir de quoi nourrir le bestiau, vous saviez peut-être que j’étais un fin gourmet gourmand et que la campagne ça creuse aussi dans la Vienne. Je me rends dans l’après-midi à Bellac, à 30 km environ de Lathus.

30093653948_3318bdfa56_z.jpg
La ZAC de Bellac

En voiture je m’aperçois que l’on change de département, on est dans la Haute-Vienne. On y trouve une zone commerciale mixte, tout type de commerces s’y trouvant, mais d’abord de l’alimentaire, bricolage et jardinage.

Le Bricomarché du coin d’ailleurs ne m’aura pas laissé indifférent, j’ai rencontré un nain de jardin incontinent et rouge de honte.

30093655078_08f90370b5_z.jpg

Deuxième chose qui m’a interpellé : la présence d’une fontaine à eau qui distribue aussi de l’eau pétillante.

En rentrant j’avais une mission qui m’attendait : monter un lit convertible acheté chez IKEA en début d’année pour remplacer un lit dont les lattes me semblent inexistantes, du moins c’est l’avis de mon dos qui s’en rappelle bien quand je suis venu fin 2017. Le bricolage et moi c’est une relation compliquée, je suis un vrai zéro, déjà faire (et réussir) un Meccano c’est la croix et la misère. Autant manipuler des barres et des haltères ça peut aller, le tour de main est pris, mais quand il s’agit de dégainer un écrou et une vis on change de dimension, on prend toute de suite son mal en patience. Le deux mains gauche que je suis y est quand même parvenu, avec l’aide de mon papa électricien et bricoleur.

Dans la soirée, le temps étant clément, les conditions étaient propices à faire un petit tour de vélo vers je ne sais où puisque je ne connais pas encore le patelin ni ses alentours. J’enfourche le vélo, je suis la route droit devant, enfin c’est méandriforme quand même, ça n’empêche pas quelques rencontres, mais j’ai pas voulu les déranger plus que ça.

43962231791_a359f80441_z.jpg
Elles font du bon lait chocolaté.

Je me retrouve rapidement au lieu-dit de Montagne soit 2,5 km de chez moi.

43913876162_23ed740893_z.jpg

30093665398_29320ca75c_z.jpg

Bientôt 19h à ma montre, je reprends le chemin en sens inverse, je veux être sûr de rentrer à bon port, j’aurais dû faire comme le petit Poucet qui sait, mais ici je ne risque pas grand-chose, quand vous croisez une voiture ou un tracteur sur votre chemin c’est mémorable. J’avais mon smartphone au cas où pour pouvoir appeler mon papa et lui que je crois que je me suis perdu que je sais pas où je suis et qu’on est tous bien avancé pour me retrouver.

D’ailleurs parlons un peu connectivité, je reviens 10 ans en arrière : un réseau aux abonnés absent, un pas de service ou une 3G fébrile. Relié à Orange avec une Livebox on est dans l’ADSL, bienvenue en 2018 et le débit théorique descendant affichant un timide 3,2 Mb/s mais pas d’enthousiasme, une fois en Wi-Fi et à une quinzaine de mètres de la box l’ordinosaure eMachines qui me sert à vous écrire me donne le temps de faire une lessive , essorage compris. On sort moins les muscles et on reste très patient. Mais comme je ne suis pas venu ici pour faire mon technophile à deux cents, on se contente de ce que l’on a et faute de quoi j’ai bien mieux à faire jusqu’au 12 août après-midi, vous en saurez davantage dans les prochains billets, parole de Kimouz 😛

43056925925_1bfced0930_z(1).jpg
A demain !
Publicités

4 commentaires sur « On se pose : jour 1 »

  1. C’est un peu la brousse dans le coin 🙂 , un peu comme chez moi, il y a les même tracteurs, par contre couleur de vaches chez nous les charolaises sont blanche/crème. Nous n’avons pas la fibre et pourtant elle devrait passer par chez nous.
    A pluche et bonne vacances.

    Aimé par 1 personne

    1. Un peu beaucoup même, ici y a rien de rien, zéro commerce nada, le premier village est à 5km j’y suis allé ce matin à vélo. Pour internet les gens d’ici ne l’ont pas ou ne s’y intéresse pas donc la fibre c’est une utopie.
      À pluche, et merci 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s