Non classé

Sois patient et persévérant, le temps fera le reste

J’expliquais hier l’importance finalement de ne pas se précipiter – surtout en France – même si on nous assène en permanence que tout va toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort. Une philosophie de vie Fort-Boyard compatible vraisemblablement approuvée par Olivier.

olivierminneartoff60861.jpg
Merci d’être passé Oliv’.

Les mots patience et temps n’ont jamais fait bon ménage dans ma tête. Je me suis toujours précipité pour faire certaines choses qui en fait nécessitaient juste du temps. Mis en échec par mon tempérament nerveux, je me suis souvent retrouvé au pied du mur, sans aucune autre marge de manoeuvre que de composer avec des situations où je n’étais pas à ma place. C’est drôle, c’est bien la raison pour laquelle je disais que l’avenir est dans le blog, je parviens (enfin) que maintenant à mettre des mots sur ce sentiment de gâchis frustrant mêlant amertume et déception qui pulvérisent en mille toute confiance en l’avenir. Rien d’étonnant qu’à terme, une fois que l’on pense avoir trouvé sa voie, on finit par y croire à ce syndrôme de l’imposteur, alors que l’on est disposé à être parfaitement compétent. On a peut-être trop tendance à se laisser berner par cette erreur fondamentale d’attribution parfaitement bien expliquée et documentée par l’équipe de Hacking-Social que j’ai découvert dans mes flux RSS il y a trois jours via le blog de Dada et mise en avant par Numerama.

Le soucis du syndrôme de l’imposteur c’est de se croire incompétent parce que [insérer votre excuse]. A l’origine, on a cette spontanéité de se comparer aux autres pour des raisons de preuve sociale.

Et à force de tomber dans ce piège (injustifié) de l’auto sous-estimation de ses compétences on finit par se convaincre et à perpétuer des schémas qu’on s’était promis il y a 5 minutes de ne plus jamais reproduire. Les mêmes causes amenant les mêmes effets il m’aura fallu prendre un bon paquet de baffes dans la gueule et quelques coups de pieds au cul pour arrêter de faire n’importe quoi.

C’est fou qu’il faut se retrouver dans une voie sans issue pour vraiment décider de se prendre en main comme un grand. Instinct de survie probablement.

Quand Didier nous parle d’identité, Cyrille nous parle ici et d’apprentissages et ça tombe plutôt bien pour moi qui suis en quête de repères solides pour ne pas répéter les mêmes conneries du passé et éviter celles dans lesquelles je pourrais facilement tomber.

Apprendre à se connaître, à se construire avec ce qui nous entoure. Quand je dis que j’ai 26 ans, on me réponds oh, tu es jeune, t’as tout le temps devant toi. Oui, c’est pas faux sur le papier, mais ce serait oublier que dès la naissance on a notre petit compte-à-rebours qui se met en route. Oui, j’ai toute la vie, ou plutôt toute une seule vie maintenant devant moi pour expérimenter beaucoup de choses, bonnes et mauvaises, pour peut-être un jour aussi rencontrer des gens que je pense extraordinaires et pour qui j’ai de l’estime même si je ne les connaît pas encore IRL (comme Christophe, Didier ou Cyrille).

Mais j’ai aussi tout le temps devant moi pour faire de nombreuses autres erreurs. L’important c’est de ne pas répéter les mêmes qui ont été déjà faites.

Mon seul point d’accroche ces 5 dernières années ayant été la muscu, vous vous doutez bien que je m’y suis accroché comme une vraie sangsue, j’ai beaucoup appris de mes erreurs, je me suis construit une identité propre à base de « Eat, Train, Sleep, Repeat ». 

Quand on me disait tu fais quoi dans la vie ? je répondais sur un ton léger je fais de la musculation depuis 5 ans… et je suis étudiant en GéographieRares sont les fois où j’ai mis en pôle position mon job de caissier chez LIDL.

 

4258bc190503f0e4d6447ac52411f6ef-790.jpg
Le quotidien du musclé là sous vos yeux.

Très vite j’ai cherché à m’identifier à travers ma passion, qui au début je précise n’était qu’un bête loisir comme un autre, juste pour gagner quelques kilos.

Être perçu par autrui comme quelqu’un de passionné par son hobby, happé par un flow où j’expliquais passionnément par exemple à mon interlocuteur (-trice) tous les bénéfices qu’il pouvait y avoir de se lever 6h du matin même en plein hiver pour aller s’entraîner, ou alors expliquer en long, en large et en travers que cela implique un mode de vie à base d’auto-discipline, de régularité et de persévérance. Non négociable bien sûr.

– Vous avez demandé l’ascétisme ? – Oui il va vous recevoir.

Les aléas de la vie ont fait que j’en suis venu à me persuader que ce monde là n’était pas fait pour moi. Persuadé que je rêvais debout, que j’étais pas assez bon. Des excuses de merde que je me suis trouvé mais qui m’ont écarté pour un moment encore d’une vie que je m’imagine comme idéale mais qui peut-être ne l’est pas. Le doute m’habite.

Pourtant je ne me posais pas ce genre de question au regard des tonnes de fonte soulevées, des litres de sueurs épongés, des centaines d’heures passées à me construire un physique et un mental capable de relever tous les défis. S’entraîner deux fois par jour, tous les jours, sans prendre de repos. J’ai fait le pro sans en être encore un. Et encore, c’est pas ce qu’on demande à un coach sportif en salle de fitness. Mais j’ai cherché à me démarquer, à mettre le curseur au dessus de la moyenne pour être sûr d’y arriver et d’arracher les étoiles.

J’ai repris progressivement les entraînements, avec des charges qui montent au fil des semaines, vous avez remarqué que j’écris quelques articles en lien avec ma passion, c’est le signe que je me suis reveillé, pour de bon j’espère cette fois-ci, cela a pris du temps. Je me rends compte que ça prends moins de temps de tout casser que de construire, en cela que reprendre 13 kg de masse musculaire va pas se faire aussi vite que je les avait perdu. Même si je peux en principe compter sur ma mémoire musculaire.

Maintenant j’ai compris qu’il fallait être patient, que tout se mérite, qu’on a rien sans rien, et qu’il faut savoir écouter ceux qui sont passé par là avant moi.

Patient non pas pour simplement renvoyer une image artificielle à court-terme mais pour être en phase avec mes objectifs que je me donne à atteindre. La muscu – bien pratiquée – modèle le corps c’est évident, mais aussi l’esprit. C’est elle qui m’a appris à savourer le goût des petites victoires chèrement acquises par le fruit d’un long travail régulier. Chacune de ces petites victoires que j’ai capitalisé m’ont encouragé à continuer et à toujours aller au delà pour me tester. Je me suis lancé des défis sans rien demander à personne.

Vous me direz, je fais de la musculation comme beaucoup de jeunes, c’est vrai. C’est vrai aussi que c’est un sport où les dérives sont caricaturalement mis au pilori par les médias. Peu importe, cela n’intéressera que ceux que ça arrange.

Envoyer des photos de soi sur Snapchat pour montrer à tous ses potes qu’on a des gros bras c’est cool, ça dure 2 minutes. Même si on a chacun sa définition d’avoir des gros bras, on s’accordera que 50 cm de biceps c’est impressionnant mais pas très utile au quotidien. Ce qui me rendrait heureux dans la vie au travers de ma passion c’est de pouvoir la pratiquer avec mes forces et mes faiblesses, de pouvoir me rendre compte que je progresse à mon rythme sans me perdre dans un perfectionnisme qui tend à me déporter sur le bas-côté.

Vous aurez compris que la musculation fait partie de ma vie, et je m’identifie à travers elle, je m’accroche fermement à elle car c’est bien plus que de soulever une barre et deux haltères. C’est un mode de vie particulier, un lifestyle exigeant qui implique beaucoup d’efforts pour peu de résultats même si ça dépend aussi de chacun.

Tout cela m’aide à mener à bien beaucoup de mes projets, et quand bien même je puisse compter sur un soutien de quelques proches, de quelques adhérents à ma salle, j’ai aussi cette chance d’avoir ce blog ainsi que des lecteurs (toi sûrement) qui s’intéressent à ce que je vis et ce que je fais. Et c’est un minimum que de juste le reconnaître.

Publicités

9 commentaires sur “Sois patient et persévérant, le temps fera le reste

  1. Avec les informations que j’ai sous la main, je dirais que Iceman est le plus proche pour boire une bière vegan avec toi, ensuite si tu passes dans le coin d’Anatolem, il pourra te payer un jus de houblon made in Berry et pour Cyril tu devrais pouvoir le trouver sur une petite plage méditerranéenne si tu y vas avant le 28 août.
    A l’inverse de toi, je voudrais bien perdre quelques abdos…. kronenbourg 🙂
    Comme tu peux le remarquer, il faut toujours une part d’humour, Jugnot disait:
    Le rire, comme les essuie-glaces, permet d’avancer même s’il n’arrête pas la pluie.
    A pluche.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ces quelques mots Christophe, t’as le chic de toujours trouver les mots justes ou la petite phrase drôle qui réconforte, ça fait du bien franchement 😛
      A force de vous lire tous les trois je vous ai localisé à peu près c’est pour cela que je l’évoquais, mais le permis approche à grand pas et j’espère que la Saint Christophe va veiller sur moi et me porter chance 🙂 Ensuite on pourra facilement trinquer ensemble, c’est promis et je sais que ça se fera.
      Pour Cyrille, Pezenas ça fait loin de chez moi mais s’il propose un jour faut voir.
      Didier il est francilien comme moi mais je pense plutôt de Paris si je ne me trompe pas, là aucun soucis ou presque avec les transports en commun voire le scooter.

      J'aime

        1. C’est un signe, oui, sauf que je suis pas très supersticieux de nature.
          Au fait, le Pape ne semblait pas avoir anticipé qu’un siècle plus tard il y aurait des pics de pollution parce qu’un siècle plus tard ils ne sont plus 200 000 mais plutôt 20 millions à rouler en z’auto.
          Mais tu m’apprends un truc, car je ne savais pas, je la raconterais à mon Papy quand je vais aller le voir la semaine prochaine 😛

          J'aime

    2. Et pour les abdos-KRO ça peut s’arranger… A condition de passer à la KRO 0,9% d’alcool on va pas se mentir destinée à initier le jeune rebelle en devenir à faire comme les grands, parce que la limonade saveur mojito c’est pas assez rebelle.

      Enfin je suis vraiment le plus mal placé pour en parler, je n’ai jamais touché une seule goutte de bière.
      Mais un jus de houblon avec une appellation berrichonne contrôlée par tes soins je prends à bras ouverts 🙂

      A pluche !

      J'aime

  2. Il me sera difficile aujourd’hui de passer les barres que je sautais il y a 25 ans…à cause de mes abdos guiness et de ma colonne fragile. Mais à la lecture de ce billet ( tu aimeras celui de samedi prochain, déjà écrit), je me demandais quel élément t’a fait ne pas avoir déjà le permis, … est-ce que tu as essayé les arts martiaux? Tu me rappelles un collègue, parti à la retraite…
    Et à la lecture de cela on voit que tu te demandes encore quoi faire. La vie étant faite de hasards et d’opportunites, ca peut déboucher sur autre chose que ce à quoi ton cursus préparait. Autant le sport, que la géo ou que sais-je encore…

    J'aime

    1. Les performances sportives c’est comme un crédit bancaires, « les performances passées ne préjugent pas des performances à venir », sous-entendu que forcément le corps étant un organisme vivant, le capital osseux, musculaire, nerveux ne sera pas le même passé fatalement un certain âge. On rigole (ou on critique aussi) les sportifs qui prennent leur retraite à 30 piges mais il y a de bonnes raisons qu’on ne connaît pas forcément. Se préserver sur la durée c’est important aussi, on peut continuer à faire sa passion à un niveau plus modeste, hors des projecteurs, pour soi et à son niveau c’est pas un soucis. Il y a des sports plus risqués que d’autres aussi, et l’athlé, le saut de haie etc. oui c’est risqué passé 40 ans où les os se décalcifient, les ligaments sont fragiles… (ah ça y est je t’ai pourri ta journée là :P)

      Pour le permis je l’ai râté ce jour du 4 août 2017 pour un « stop glissé », élimination, merci d’être passé. J’avais pourtant 29/34 points au total. J’ai laissé traîner l’affaire, pas envie de repasser à la caisse alors que l’auto-école m’avait déjà rajouté 10 heures de plus qu’initialement prévu dans mon forfait de 25 heures. Une « auto-école » dans laquelle je ne remettrais jamais les pieds.

      J’ai jamais essayé les arts martiaux. Le judo oui, mais j’ai pas aimé. Les sports avec contact physique ça me branche pas plus que ça.

      Oui, tu as bien compris que je me posais encore quelques questions sur l’avenir, même si l’orage est passé et que les éclaircies se pointent, j’ai des pistes intéressantes mais qui demandent du temps pour se réaliser.
      Pour te répondre plus en détail j’en dirais davantage dans un autre billet.

      Merci Didier 🙂 (ah au fait c’est quoi le bug de WordPress qui a supprimé tous les commentaires que je t’ai laissé ..?)

      J'aime

      1. Pour les commentaires je les vois…mais pourquoi te réabonner chaque semaine chez moi 😃

        Pour le corps et l’athle, pas d’illusion et en plus je m’economisais, connaissant mes faiblesses. 3 séries de 110mH à fond et les genoux criaient pitié. Pour la hauteur je commençais 3 barres avant mon meilleur saut et jamais un zéro à un concours. Ça m’a même permis une victoire departementale. Mais tout cela est loin.

        J'aime

        1. Tu avais bien identifié la discipline qui était faite pour toi, mais pour ce qui est anat et morpho c’est un autre paramètre sur lequel on fait avec ou on fait sans, mais tu me sembles y être allé au mental coûte que coûte pour atteindre ce niveau.

          Enfin pour l’histoire du bug bah je me doute que c’est pénible que tu recoives une notif à chaque, mais je comprends pas pourquoi ça se retire, ça fait au moins deux ou trois déjà 😦

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s