Les erreurs classiques en musculation (partie 4)

Ultime article portant sur ma récap’ personnelle des quelques conneries que je pense évitables et à éviter pour songer à pouvoir pratiquer son activité sportive préférée dans de bonnes conditions.

J’ai la conviction que ma liste n’a rien de définitif, qu’elle aurait le mérite d’être ajustée à chacun, à chaque mentalité, car comme on dit, chacun voit midi à sa porte et que dans tous les cas, le passé sportif joue grandement dans l’équation. 

Là où la réalité nous rapproche tous de près tient du fait qu’il y a des comportements à risque pour soi et délétère pour autrui qui se reproduisent dans la plupart des salles de sport.

Continuons notre liste, je conclurais par une note perso.

... C’est parti ! 

Erreur n°12 : Écouter les uns et les autres

Dit autrement, être un peu la girouette perchée sur le clocher du village.

marrowbone-198305_640.jpg
Une belle girouette tiens.

Je reste pragmatique. C’est pas évident de savoir qui écouter ou qui ne pas écouter quand on débute. J’ai moi-même fait l’erreur de suivre les conseils de quelques personnes qui me semblaient en droit de m’en donner. Ce n’est qu’au fil du temps et avec l’expérience de la pratique que l’on se rend compte qu’il ne faut pas toujours se fier aux apparences ni aux paroles d’évangiles de cet entourage là qui ne vous veut pas forcément du bien.

Le débutant, qu’il soit sportif, artiste, chauffeur-livreur, pizzaïolo, ce que vous voulez, est et sera dans l’échec inéluctablement à un moment ou un autre dans la pratique. Sauf qu’ écouter le premier venu pour s’assurer d’être une direction à peu près sûre qui en fait n’est pas sûre car ce ne sera pas forcément la vôtre au bout du compte, n’est pas la démarche la plus saine qu’il soit à mon sens.

Je préconise l’introspection, c’est-à-dire réfléchir avant d’agir. Mais pas trop longtemps non plus, au risque de ne pas du tout passer à l’action comme c’est souvent ce qui se passe. Concrètement, cette démarche consiste à rechercher l’information, comparer, trier et extraire la substantifique moelle comme aime à le dire Patrick Béja dans ses podcasts.

Les conseillers ne sont pas les payeurs. En principe, seul un professionnel, donc un préparateur physique (c’est une base fiable à mon sens) ou bien un coach sportif (bien que le diplôme ne suffit pas) est en mesure de vous dire ce qui va ou ne va pas.

Un pratiquant bien charpenté qui fait dans le prosélytisme de comptoir, c’est-à-dire vous remettre dans le droit chemin (surtout le sien) ne mérite que votre indifférence.

item_0000010311_03.jpg
Il a des gros bras aussi. Mais pas que.

Erreur n°13 : Se démotiver

L’erreur fatale du pratiquant débutant en mal de patience.

La démotivation est un comportement naturel chez l’Homme. Vous l’aurez sûrement vécu au travail ou dans un projet qui vous tenait à coeur.

Mais quoi de pire après coup que de lâcher l’affaire plutôt que de donner une chance à votre projet de se réaliser sous vos yeux, je dirais simplement en lui laissant le temps.

Vous éprouverez probablement des regrets plus tard – vous savez – le très fameux et familier si j’avais su rempli d’amertume et teinté d’émotions qui vous suit comme un boulet maintenant que c’est un peu trop tard pour revenir en arrière.

Si j’étais Molière – mais je vais encore rester un peu à ma place de blogueur qui débute aussi dans le domaine -, j’aurais dit que les arbres qui grandissent le plus lentement sont ceux qui portent les meilleurs fruits. 

Je pourrais vous sortir des citations par wagon mais ça ne nous aidera pas tellement ici, je dirais à la suite de celle-ci qu’il s’agit moins de se précipiter sur des paramètres dont vous n’avez de toute façon aucune maîtrise.

Ce n’est pas parce que vous allez faire 4 entraînements pectoraux de 2 heures pendant 1 mois (16 séances donc… seulement !) que vous allez ressembler à votre pote qui lui vous semble plus stock.

Apprendre à garder les pieds sur Terre, être patient tout en étant humble sont les qualités qui font défaut à la plupart des débutants et amateurs…

Les meilleurs résultats s’obtiennent toujours sur le long-terme.

Erreur n°14 : Privilégier les compléments alimentaires

Remarquez que j’ai bien écrit privilégier et pas user voire abuser comme on lit souvent sur des sites de musculation qui déconseillent souvent si on est débutant l’usage de compléments alimentaires sous toutes leurs formes.

Là encore, il s’agit de replacer les choses dans leur contexte et de se poser les bonnes questions : Pourquoi en prendre ou ne pas en prendre ? ; Ai-je le budget suffisant et est-ce rentable à court/moyen/long-terme ?

Autant de questions rébarbatives au premier abord, je peux concevoir, car je suis passé par cette phase où je me demandais vraiment pourquoi j’en suis venu à en acheter finalement. Ma réponse (très perso) est que j’aime beaucoup la texture et le goût de l’isolat au chocolat, à la fraise et à la vanille. Vous voyez que ce n’est même pas pour devenir énorme comme Terry Crews ou parce que le site megamuscle.com (qui n’existe pas lui) m’a dit de prendre mes 25 grammes de poudre avant et après ma séance avec 5 gramme du dernier NO X-PLODE 3000 hydrolisé.

Les compléments alimentaires sont la partie invisible située au dessus du sommet de la pyramide alimentaire du pratiquant qui a les pieds sur Terre. A la base bien entendu, de la nourriture classique pas trop transformée, pas trop pesticidée, qui a un peu de goût quand même devrait vous apporter 80% des résultats réalistes que vous comptez obtenir d’ici 10 ans.

Les compléments sont – je dirais – à ranger dans la catégorie du non-nécessaire et non-essentiel en muscu, mais qui peut quand même faire partie de VOTRE pyramide si vous en avez envie et les moyens, peu importe que vous soyez débutant ou non.

80714977-education-chart-of-food-pyramid-diagram.jpg
Ne cherchez pas les pâtes et les patates.

Conclusion

Et voilà pour ce qui est de cette longue liste des erreurs communéments observables en salle de sport.

Si vous vous êtes reconnu dans certains voire tous les cas de figure que j’ai cité, je dirais que c’est peine perdue et que c’est dommage pour vous…

Non je plaisante. Bien au contraire, il n’est presque jamais trop tard pour rattraper ses erreurs, et c’est déjà un progrès que de s’en rendre compte. L’étape suivante consiste à prendre ses dispositions pour corriger ce qui nous empêche d’avancer dans notre sens. Enfin, en faire une nouvelle habitude relève d’une autre étape encore, plus difficile celle-ci, mais qui peut vraiment changer votre façon d’agir.

 

Publicités

3 commentaires sur “Les erreurs classiques en musculation (partie 4)

  1. Moi qui croyais que tu allais parler de « mon sport », avec ta première photo… enfin bon, tout cela relève beaucoup du bon sens mais l’ego et l’impatience ont souvent raison de tout cela. L’entrainement est histoire de temps aussi.

    J'aime

    1. Je ne savais pas que tu faisais du jogging, mais ce sport là comme il est pratiqué le plus souvent seul on se mesure à soi, c’est au mental d’abord (même si autour y a d’autres joggers qui nous dépassent, qui sont plus musclés etc).

      J'aime

      1. J’ai pratiqué longtemps le 110m Haies et le saut en hauteur…avant que mes articulations disent stop. Mais là aussi le mental joue, autant pour la hauteur qui impressionne ou le passage au ras des haies avec la relance à la réception.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s