Stand-up: Dany de Boon des Hauts de France (2016)

Après Mathieu Madénian, voici Dany Boon qui nous revient sur scène et (sur Netflix pour l’occasion) dans son dernier one-man show intitulé Dany de Boon des Hauts-de-France.

Un intitulé de spectacle hautement politique, il ne vous l’aura peut-être pas échappé, qui fait écho à la réforme territoriale de 2015 (NOTRe) visant progressivement à la mutualiser/simplifier/raboter/fusionner/supprimer/détruire/regrouper/unir (le mot-clé choisi dépendra de votre sensibilité) les territoires français pour, nous as-t-on dit, faire des économies. A bientôt pour les désillusions (en 2016, mes études d’urbanisme et de géographie m’ont vite ouvert les yeux à ce sujet). Mais passons.

Dany Boon m’avait déçu dans ses films (excepté les Ch’ti en 2008 apportant un nouveau regard sur différents sujets de société) que je trouvais médiocres, pas drôles, frisant le ridicule.

Et je dois admettre qu’il s’en sort bien mieux sur scène. Dans Waika, il m’avait bien fait rire. Dans Dany de Boon des Hauts-de-France aussi, les 2 heures passent bien et usent des mêmes ficelles. Sans trop spoiler, vous retrouverez ce qui a fait sa carrière et ce qui aujourd’hui fait sourire voire interroge franchement.

Vous souhaitez passer une bonne soirée, être détendu sans vous prendre la tête ?

Netflix vous l’apporte sur un plateau garni, amusez-vous bien.

Publicités

11 commentaires sur « Stand-up: Dany de Boon des Hauts de France (2016) »

  1. Je ne suis pas fan du type et de son personnage mais il faut avouer qu’il a de bons sketchs sur le lot. Mais bon, aller sur Netflix, no way. Marre de cette mode sur cette plateforme hégémonique

    J'aime

    1. Netflix ou un autre, qu’importe, tant qu’on y trouve ce qu’on veut ? Faut dire que chez Orange, c’est OCS ou Netflix, et là, pour le coup bah on va vite fait de regarder chez les ‘ricains.

      Pour la musique idem, Spotify, Deezer, Google, Apple Music, du moment qu’on y trouve ce qu’on veut au prix qu’on veut y mettre…

      J'aime

        1. Ah je comprends mieux alors où tu veux en venir. À mort les vidéo-clubs qui nous permettent de louer 48h nos VHS et DVD pour 20 francs 😎 zut c’est fait y en a plus😆

          Disons au fond que tu es contre l’immatérialité là dessus et le fait peut être de ne pas pouvoir avoir le truc en main… c’est pas tant la volatilité temporelle qui te pose soucis.

          J'aime

        2. Disons que lorsque je regarde ce que font les plateformes de streaming audio où je ne trouve pas ce que je veux, ça me donne l’impression d’une dictature du goût. Netflix n’a pas ce qui m’intéresse non plus et tu te retrouves à voir des vieux spectacles ou des nouvelles séries pas si novatrices que ça.
          Demain tu peux voir disparaître aussi ce qui tu aimais par simple décision d’un ayant droit. Cf les gros studios qui ont voulu avoir leur propre catalogue.

          J'aime

        3. Pour plaire au plus grand nombre faut forcément ratisser large quitte effectivement à proposer un catalogue assez homogène ; y a pourtant quelques productions qui sortent de l’ordinaire à découvrir aux confins obscures du catalogue. C’est aussi là la force d’un gros service, c’est qu’on peut tomber sur un truc pas connu du tout.

          Enfin, je suis d’accord sur le choix arbitraire de ces services qui peuvent couper les vannes sur simple décision économique… tout comme le font les chaines de télé et les radios pour raison de mauvaise audience… une excuse comme une autre pour pas perdre de thunes.

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s